Mur d’expressions pour la survie de l’association

Quelques idées de soutiens pour la poursuite de l’association :

Solution A : Pas de survie pour l’association, une Assemblée Générale de liquidation sera datée le jour de la rencontre associative. Cela sera un choix collectif.

 

Solution B : Un groupe moteur de personnes ( de 8 à 15 personnes), décide de prendre les choses en main avec ténacité et force de résolutions positives et constructives.

Les personnes qui désirent s’engager avant la réunion :

Jordi : « Je continue motivé pour contribuer à la mise en oeuvre des actions en cohérence avec mes valeurs et en utilisant les Pratiques Restauratives »

Catherine B. : « Je poursuis mon rêve d’harmonie pour le monde avec une intention d’ouverture, de partage, de liens. Mes actions seront dirigées sur de la formation, des prestations »

Voici des actions à mettre en place en 2 temps :

Temps 1 : la reconstruction d’une structure adaptée à ce groupe, nous aurons l’aide juridique proposée par le Dispositif Local d’Accompagnement

  1. Changer le nom et ouvrir l’association à des pratiques autres ayant la même philosophie, par exemple : « Ateliers sur les 5 accords Tolthèques » ; … Quels sont vos idées d’ateliers à rajouter ? » ;  » Je souhaiterais que l’association continue d’exister, peut être avec un nom simple à retenir, avec une compréhension immédiate du nom : peut être un nom autour de cultiver , essaimer comme  « SMé » »
  2. Changer de nom ? Si vous êtes pour l’idée, quel nom vous proposez ? en l’accompagnant d’une phrase pour expliquer votre choix
  3. Aller voir avec l’inspection du travail. C est elle qui peut rétablir les droits.. avec d’autres lois qui dérogent entre elles. Un rendez pourrait éclairer sur les recours possibles… s’il y en a…
  4. Changer le statut de l’association et devenir …. quoi ? Une SCIC ? une SCOP ? une plate-forme du « Nouveau monde », celui qu’on aimerait voir (en référence à Ghandi). Si vous êtes d’accord que proposez-vous concrètement ?
  5. Répondre et écrire les réponses à ces questions : continuer…pour faire quoi ? quel est le but de l’association ? Nous utilisons les PR pour faire quoi, pour combler quels besoins concrets ? Est-ce que l’association se centre sur le « dialogue », le « lien social », « convivialité »,… ?
  6. Définir et clarifier le projet. « Les actions que j’aimerais trouver dans l’association :  les formations de base de la CNV, Des ateliers de pratique. Les formations permettent de faire rentrer de l’argent et d’étendre l’action et d’essaimer la formation peut être l’objectif de l’association » M.J.
  7. Rémunérer tous les intervenants en chèque emploi associatif ou sur facture pour les auto-entrepreneurs, qu’en dites-vous ?
  8. Si nous sommes 3, laissons tomber ! si nous sommes 15, chacun un bout cela sera grandiose ! qui est partant ?
  9. Trouver un autre lieu, facile d’accès et repérable : la Maison de la Famille peut être un tremplin et de façon ponctuelle pour nos interventions. Autre proposition de Aude Habitat, un local associatif de 43 m² à 203€/mois rue Jules Sauzède à Carcassonne.  « Le siège de l’association peut il être l’UDAF ? des associations familiales ont leur siège à l’UDAF. Les rencontres pourraient elles avoir lieu à la MDF ? De ce fait il n’y aurait pas de lieu a rechercher. Je peux être membre actif mais pas dans le bureau ni la CA. « M.J.  Avez-vous d’autres idées ?

Temps 2 : les actions

  1. Pour lui donner plus de poids en matière de Justice Restaurative, nous devrions peut-être recruter ( en bénévolat) un juriste et un psychologue ?
  2. Peut-être qu’une rencontre avec le procureur et ou le président du TGI de Carcassonne serait envisageable? Et par ĺà, nous pourrions mieux cibler les réticences et les attentes de ceux ci en la matière? L’udaf peut peut être aider à cette rencontre?
  3. Les bilans  des formations peuvent ils être utilisé en façade pour expliciter les effets escomptés?
  4. Autres idées à venir ….

 

Quelques apports des Pratiques Restauratives :

« Je ne pourrai pas participer à la réunion de demain mais je tiens à exprimer mon soutien au SPR et mon voeu de le voir non seulement survivre mais vivre et grandir ; jai découvert le SPR depuis peu en participant aux ateliers que tu guides ; j’y ai rencontré de très belles personnes et en peu de temp avec toi et avec elles  j’ai beaucoup appris et avancé et j’aimerai pouvoir poursuivre cette évolution positive. je n’ai pas pour le moment d’idées ou de propositions à faire pour aider à trouver des solutions… je ne connais pas non plus les sources du problème..la seule chose que je peux dire c’est que je suis convaincue que le SPR a beaucoup à apporter à tous pour mieux vivre ensemble…  Il faut trouver le moyen de le faire mieux connaître …. Et je crois aussi que tout est possible, alors quel que soit le nom qui lui sera donné, longue vie au SPR !!! A Bientôt !! »

« Depuis Pau, je n’ai pas bien suivi le pourquoi des difficultés de l’association, mais je vous souhaite très très fort de pouvoir survivre. Les formations que j’ai suivies avec vous m’ont construite et je suis très reconnaissante pour tout ce qui m’a été transmis, tout ce que j’ai appris et vécu pendant ces moments. Le travail que vous faites est d’une très grande valeur et d’une importance capitale pour le vivre ensemble. Je vous soutiens de loin et vous souhaite force et chance pour continuer! » K.L.

« désolée mais effectivement je ne serai pas là le 7 septembre. Je ne connais pas le fonctionnement du SPR je savais qu’il avait fonctionné avec part’age mais qu’il avait pris son autonomie sous quelle forme ? association loi 1901 ou autre ? Je ne connais pas le lien avec pôle emploi ? qu’est ce qui pose problème ? Lors de nos ateliers nous n’avons pas abordé le fonctionnement de SPR. Je peux dire que j’ai beaucoup aimé nos rencontres sur l’an passé, la richesse des échanges, la notion de bienveillance dans notre vie de tous les jours, le facilite-ment de l’échange avec des personnes qui ne fonctionne pas comme moi, la gestion de mes « colères », ma position de mère et de grand mère, pour tout cela je pensais reprendre l’année pour améliorer tous ces points, Merci à Catherine et dites moi le pourquoi de cette suppression de l’activité. Un grand merci bon courage M. »

« Je suis vraiment désolée que le SPR soit en danger. Résidant à Nîmes, je ne peux rien faire de plus que vous adresser mon soutien moral, et tout spécialement à Catherine qui m’a donné à vivre une expérience unique. Je peux rester membre cotisant de l’association mais je doute que ma contribution suffise à sauver le SPR. Quoi qu’il en soit, je vous remercie de me tenir informée comme vous le faîtes depuis longtemps même si – compte tenu de la distance entre autre – je ne participe pas à vos réunions ou à vos formations.
Je vous souhaite réussite car je connais votre détermination et votre engagement.
Cordialement » M. en date du 16 août 2019

« Je te remercie encore une fois de tout coeur pour tout ce que tu transmets… d’explicite (cnv, pratiques restauratives et autres techniques aussi diverses qu’utiles) et d’implicite (paix, amour, harmonie, bienveillance, fraternité, solidarité, gratuité…) » A.

Pour soutenir la création d’un groupe, avec la philosophie actuelle :